COMMUNICATION, RECHERCHE

REGIME ALIMENTAIRE NEURO-PROTECTEUR

Un régime alimentaire pour freiner la maladie de Parkinson ?

Mercredi, 15/02/2017 

Une étude de l’Université de Leicester (Grande-Bretagne) montre que les patients atteints de la maladie de Parkinson précoce pourraient tirer bénéfice d’une augmentation des apports de niacine (vitamine B3) dans l’alimentation.

La niacine ou vitamine B3 correspond à deux molécules : la niacine (acide nicotinique) et son amide, la nicotinamide. Elle est trouvée dans toute une variété d’aliments, dont certaines viandes et les noix. La nicotinamide riboside a déjà été remarquée pour son aptitude à améliorer le métabolisme et pour ses effets bénéfiques sur le fonctionnement des cellules souches.

La maladie de Parkinson se développe avec la mort des neurones dopaminergiques dans une zone du cerveau, la substance noire, en raison, principalement, de mitochondries, ces mini-usines cellulaires à énergie, en mauvaise santé. Ces mitochondries défectueuses libèrent des molécules toxiques qui endommagent leurs gènes et ces mutations dans les gènes tels que PINK1 empêchent les cellules d’éliminer les mitochondries défectueuses. Tous ces dommages mitochondriaux vont freiner la production d’un composé important pour la production d’énergie et la réparation de l’ADN, la co-enzyme NAD.

L’étude menée sur la mouche à fruits génétiquement modifiée avec le gène muté PINK1 pour imiter la maladie de parkinson, supplémentée avec la niacine, confirme que la niacine stimule les niveaux de composé NAD dans le corps, booste ainsi les mitochondries et tient la maladie de Parkinson à distance. Ainsi, les mouches ayant reçu la niacine ont beaucoup moins de mitochondries défectueuses et perdent beaucoup moins de neurones.

L’équipe de neuroscientifiques a ensuite examiné si l’arrêt biologique de l’appauvrissement en NAD permettrait de protéger les mouches de la maladie de Parkinson et constaté que la commutation génétique de cette fonction permet de maintenir les mitochondries en bonne santé et les neurones vivants, et de préserver la durée de vie des mouches. Des résultats qui confirment que la « NAD » disponible est essentielle pour maintenir les mitochondries en forme et pour freiner la maladie de Parkinson.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

 

RT FLASH

A propos de Corinne

58 ans mariée avec Serge (depuis 37 ans) 3 enfants : Sonia 34 ans - Jérémie 31 ans - Marine 24 ans Lieu de vie : Région toulousaine 1ers symptômes de la maladie de Parkinson à 41 ans Diagnostic de maladie de Parkinson à 42 ans (depuis 17 ans) Interruption de carrière professionnelle et mise en invalidité 2e catégorie à 49 ans (depuis 9 ans) transformée en retraite pour inaptitude le 1/6/2014 ! 2012 à aujourd'hui : 2 chirurgies successives du dos - AVC - bris de matériel nécessitant une 3e chirurgie pour le moment évitée grâce à programme d'activité physique intense Animation d'un groupe d'échanges de malades et aidants dans l'établissement thermal d'Ussat-les-Bains Bénévolat très actif au sein de l'association France Parkinson depuis 10 ans Représentativité publique et défense des intérêts des jeunes parkinsoniens Déléguée départementale (Haute-Garonne) de l'Association France Parkinson depuis septembre 2014 à fin 2016 A partir de janvier 2017 chargée de mission/conseil auprès de la nouvelle déléguée et de relations avec le monde institutionnel, professionnel et associatif au service des malades et de leurs proches, notamment "jeunes"

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Slice of Life |
Mutuelle - Assurance - Comp... |
Détente du corps et de l'es... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | remg276
| Lithothérapie - Les Bienfai...
| fibromyalgie - la minorite ...