RECHERCHE

LA MUSIQUE ET LE MOUVEMENT AU SECOURS DE LA MALADIE DE PARKINSON

Serge (mon époux « aidant ») me le dit : « Avec ta musique dans les oreilles, tu marches deux fois plus vite ! »

 

SOPHIE GUIRAUD

02/12/2013, 06 h 00
L’équipe d’Euromov. Sur le tapis, Charles Hoffman. Assis, Benoît Bardy et Simone Dalla Bella.
L’équipe d’Euromov. Sur le tapis, Charles Hoffman. Assis, Benoît Bardy et Simone Dalla Bella. (C. FORTIN)

Le labo EuroMov adapte la musique au mouvement. Objectif : aider des malades de Parkinson à marcher. Les Montpelliérains, forts d’une dotation européenne de 2,9 M€, ont trois ans pour le démontrer.

Shakira ou Johnny Hallyday peuvent-ils améliorer la performance du coureur à pied et aider les malades de Parkinson à se déplacer ? Oui, mais à condition d’adapter le tempo du morceau au déplacement de chacun, parile laboratoire montpelliérain Euromov, spécialisé dans l’étude du mouvement et ses applications en santé. Et comme nul ne peut s’attacher les services de la Colombienne ou de Johnny pour changer la fréquence de leurs tubes en direct, un logiciel peut s’en charger.

Une application utilisable par les malades va être développée

Les Montpelliérains, forts d’une dotation européenne de 2,9 M€, ont trois ans pour le démontrer. Pour y parvenir, ils travaillent au CHU avec Valérie Cochen de Cock, neurologue, Sophie Bayard, neuropsychologue. Mais aussi des équipes internationales (1).

Objectif : développer une application pour smartphone utilisable par des malades, mais aussi par des athlètes ou des joggeurs du dimanche, pour améliorer leurs performances en réduisant leur consommation d’énergie. Les études démarrent à Montpellier. Le projet s’intitule Beat-Health, un clin d’œil aux Beatles. Les chercheurs vont d’ailleurs puiser dans leur répertoire.

Un logiciel adapte la musique aux pas

Sur un tapis de course, au cœur du laboratoire, à deux pas de la faculté de sports, un jeune thésard, Charles Hoffman, équipé d’IPod et de multiples capteurs, se prête aux premières évaluations : il ralentit, le rythme du morceau ralentit. Il augmente ses foulées, le rythme s’accélère. Un logiciel adapte déjà la musique à ses pas. Quel sera l’impact ? « On sait que la musique peut être un facilitateur dans l’exercice physique, mais aussi un perturbateur en cas de mauvaise synchronisation », rappelle Benoît Bardy, responsable d’Euromov.

Reste à maximiser l’efficacité de ce stimulus qui active des zones du cerveau et des régions motrices. Car « la course ou la marche sont un assemblage de rythmes », soulignent les chercheurs : rythme cardiaque, flux sanguin, respiration… seront sondés pour déterminer les meilleures entrées. Déjà, Charles Hoffman estime qu’un joggeur pourrait économiser 5 % d’oxygène.

Diviser par deux le nombre de chutes chez les Parkinsoniens

Pour la maladie de Parkinson, qui touche 100 000 à 150 000 personnes en France, le chercheur Simone Dalla Bella imagine comment le procédé, « économique et non invasif », pourrait réduire le recours aux médicaments. « On estime aussi qu’on pourrait diviser par deux le nombre de chutes », ajoute Benoît Bardy. Qui précise que « des applications sont déjà sur le marché », mais qu’ »aucune ne repose sur une validation scientifique ». Les acteurs de Beat-Health s’y activent.

(1)Des chercheurs en musicologie de l’université de Gand (Belgique), des informaticiens de la Fondation Tecnalia (Bilbao, Espagne), des spécialistes de bio-ingénierie de l’université de Maynooth (Irlande).

  

Slice of Life |
Mutuelle - Assurance - Comp... |
Détente du corps et de l'es... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | remg276
| Lithothérapie - Les Bienfai...
| fibromyalgie - la minorite ...