RECHERCHE

MOELLE OSSEUSE : AGENT PROTECTEUR DU CERVEAU

La moelle osseuse comme agent protecteur du cerveau… - Fil actus Santé

La moelle osseuse comme agent protecteur du cerveau…

Existe-t-il un moyen de protéger le cerveau du développement des maladies neurodégénératives ? Peut être répondent des chercheurs israéliens en utilisant des cellules souches provenant de la moelle osseuse .C’est ce que dévoile une étude publiée dans le Journal of Stem Cells Reviews and Reports.

Publicité

MOELLE OSSEUSE : AGENT PROTECTEUR DU CERVEAU dans RECHERCHE

Devant l’augmentation du nombres de personnes souffrant de maladies neurodégénératives, que ce soit Alzhemier, Parkinson ou encore la sclérose latérale amyotrophique, de nombreux scientifiques sont mobilisés dans le seul but de trouver un moyen de protéger le cerveau. Dans cette quête, Danil Offent et Eldad Melamed, chercheurs à la faculté de médecine TAU’s Sackler et au centre de recherche médicale de Felsenstein, situés à Tel Aviv, se sont intéressés à des protéines spécifiques, connues pour leur rôle protecteur du cerveau.
Leurs travaux ont pour l’instant principalement constitué à produire en plus grande quantité ces neuroprotecteurs et à trouver un moyen de les injecter à proximité du cerveau. Ainsi, ils ont prélevé des cellules souches de la moelle osseuse de souris, puis les ont cultivé afin de les différencier en astrocytes, cellules gliales du système nerveux central spécialisées dans la protection des neurones. Elles libèrent notamment des neuroprotecteurs qui ont déjà montré leur efficacité pour lutter contre la sclérose latérale amyotrophique (SLA).
Les chercheurs ont utilisé des souris génétiquement modifiées afin de développer la SLA. En injectant les astrocytes qu’ils avaient cultivés dans le cerveau de ces dernières, ils ont constaté que non seulement le cerveau était mieux protégé contre l’attaque des neurotoxines qui entrainent un ralentissement significatif des symptômes de la maladie, mais aussi que les animaux avaient une meilleure espérance de vie.
C’est la première fois que des scientifiques montrent in vivo l’efficacité d’une telle technologie pour lutter contre les maladies neurodégénératives. Suite à ce succès thérapeutique chez les animaux, des essais cliniques chez l’homme sont en cours au centre médical d’Adassah à Jérusalem…

Article écrit le 2011-09-20 par Olivier Frégaville-Arcas – Information hospitalière
Source: eurekalertAccéder à la source

SOURCE : Information hospitalière

A propos de Corinne

58 ans mariée avec Serge (depuis 37 ans) 3 enfants : Sonia 34 ans - Jérémie 31 ans - Marine 24 ans Lieu de vie : Région toulousaine 1ers symptômes de la maladie de Parkinson à 41 ans Diagnostic de maladie de Parkinson à 42 ans (depuis 17 ans) Interruption de carrière professionnelle et mise en invalidité 2e catégorie à 49 ans (depuis 9 ans) transformée en retraite pour inaptitude le 1/6/2014 ! 2012 à aujourd'hui : 2 chirurgies successives du dos - AVC - bris de matériel nécessitant une 3e chirurgie pour le moment évitée grâce à programme d'activité physique intense Animation d'un groupe d'échanges de malades et aidants dans l'établissement thermal d'Ussat-les-Bains Bénévolat très actif au sein de l'association France Parkinson depuis 10 ans Représentativité publique et défense des intérêts des jeunes parkinsoniens Déléguée départementale (Haute-Garonne) de l'Association France Parkinson depuis septembre 2014 à fin 2016 A partir de janvier 2017 chargée de mission/conseil auprès de la nouvelle déléguée et de relations avec le monde institutionnel, professionnel et associatif au service des malades et de leurs proches, notamment "jeunes"

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Slice of Life |
Mutuelle - Assurance - Comp... |
Détente du corps et de l'es... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | remg276
| Lithothérapie - Les Bienfai...
| fibromyalgie - la minorite ...