RECHERCHE

IDENTIFIER LA SIGNATURE CEREBRALE DE LA MALADIE DE PARKINSON

La maladie de Parkinson, deuxième maladie neuro-dégénérative la plus fréquente après Alzheimer, nécessite un lourd suivi des patients. Une détection précoce permettrait donc une meilleure prise en charge. Les équipes de l’U825 (Inserm/UPS) en coopération avec la Fondation « Santa-Lucia » à Rome viennent justement de mettre en place un système permettant de détecter la maladie de Parkinson à l’aide d’un simple examen par IRM.

Pour l’heure la seule manière de diagnostiquer la maladie de Parkinson consiste en l’étude des symptômes du patient : des manifestations principalement motrices dues à un processus neurodégénératif. La maladie affecte ainsi une petite structure profondément enfouie dans notre cerveau : la substance noire, composée de neurones qui produisent de la dopamine, neurotransmetteur essentiel dans le contrôle des fonctions motrices.

Une étude récente publiée dans le journal scientifique « Brain » a montré que l’IRM était capable de faire la distinction entre cerveaux de patients parkinsoniens et cerveaux de sujets sains. Patrice Péran, jeune chercheur français a mené ce travail au travers d’une collaboration franco-italienne entre l’unité 825 (Inserm/UPS) dirigée par Pierre Celsis à Toulouse et le service de radiologie de l’IRCCS Santa Lucia dirigé par Umberto Sabatini à Rome. 30 patients parkinsoniens et 22 sujets contrôles ont ainsi participé à cette étude. Les chercheurs ont mesuré, à travers un seul examen IRM, différents indices pouvant révéler la maladie.

En réalité, trois types de mesures simultanées sont effectuées sur l’ensemble du cerveau et ciblent les paramètres les plus à même d’être affectés par la maladie : l‘intégrité et l’orientation microstructurale ainsi que la quantité de fer. Les résultats ont montré qu’une combinaison de ces indices dans des régions précises du cerveau permet de diagnostiquer avec plus de 95% de fiabilité la maladie de Parkinson. Cette collaboration a donc permis de révéler par l’IRM la « signature cérébrale » unique de la maladie de Parkinson.

Après la détection d’Alzheimer, également révélé par l’U825, l’utilisation d’un ensemble de biomarqueurs issus de l’IRM dessine des perspectives prometteuses en ce qui concerne le diagnostic et le suivi des maladies neuro-dégénératives. Cette recherche franco-italienne se fixe désormais pour objectif de définir, tout comme pour un bilan sanguin, un bilan cérébral grâce à différentes mesures extraites d’un unique examen IRM. Ce dernier permettrait alors d’orienter les médecins sur la santé du cerveau examiné.

P. Péran, A. Cherubini, F. Assogna, F. Piras, C. Quattrocchi, A. Peppe,  P. Celsis, O. Rascol, J.-F. Démonet, A. Stefani, M. Pierantozzi, F. –E. Pontieri, C. Caltagirone, G. Spalletta et U. Sabatini1. , Magnetic resonance imaging markers of Parkinson’s disease nigrostriatal signature, Brain, novembre 2010

Contact chercheur :
Patrice Péran – Chercheur en neuroimagerie
U825 – équipe 1 -Toulouse
Tel. : 06.89.54.01.74 – patrice.peran@inserm.fr

Contacts presse :
Gaël Esteve – Chargé de communication Inserm – 05.62.74.83.61.

Aude Olivier – Chargée des relations presse UPS – 05.61.55.84.13

Slice of Life |
Mutuelle - Assurance - Comp... |
Détente du corps et de l'es... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | remg276
| Lithothérapie - Les Bienfai...
| fibromyalgie - la minorite ...