MALADIE

DEPRESSION : AVANT ET/OU APRES MALADIE DE PARKINSON…

Voici un document complet sur la dépression dans la maladie de Parkinson :

DEPRESSION : AVANT ET/OU APRES MALADIE DE PARKINSON... dans MALADIE pdf depressionetmp.pdf

Elle ne nous épargne pas en accentuant les symptômes de notre maladie : en effet, plusieurs de ces symptômes sont communs et peuvent prendre de l’ampleur. La dépression annihile la volonté déjà touchée par notre légendaire apathie ou indifférence et il est dans ce cas très difficile de réagir, réagir, réagir… pourtant…il le faut pour vivre longtemps le mieux possible…
Corinne

A propos de Corinne

58 ans mariée avec Serge (depuis 37 ans) 3 enfants : Sonia 34 ans - Jérémie 31 ans - Marine 24 ans Lieu de vie : Région toulousaine 1ers symptômes de la maladie de Parkinson à 41 ans Diagnostic de maladie de Parkinson à 42 ans (depuis 17 ans) Interruption de carrière professionnelle et mise en invalidité 2e catégorie à 49 ans (depuis 9 ans) transformée en retraite pour inaptitude le 1/6/2014 ! 2012 à aujourd'hui : 2 chirurgies successives du dos - AVC - bris de matériel nécessitant une 3e chirurgie pour le moment évitée grâce à programme d'activité physique intense Animation d'un groupe d'échanges de malades et aidants dans l'établissement thermal d'Ussat-les-Bains Bénévolat très actif au sein de l'association France Parkinson depuis 10 ans Représentativité publique et défense des intérêts des jeunes parkinsoniens Déléguée départementale (Haute-Garonne) de l'Association France Parkinson depuis septembre 2014 à fin 2016 A partir de janvier 2017 chargée de mission/conseil auprès de la nouvelle déléguée et de relations avec le monde institutionnel, professionnel et associatif au service des malades et de leurs proches, notamment "jeunes"

2 Réponses à “DEPRESSION : AVANT ET/OU APRES MALADIE DE PARKINSON…”

  1. Le 30 janvier 2011 à 8 h 42 min beni. a répondu avec... #

    La MP chez le sujet jeune, dèbute souvent par une fatigue anormale, un dégout de tout, des douleurs diffuses, une certaine apathie et une grande anxietè que le patient essaye de rattacher a un quelconque evenement stressant,recent.C’est dire combien le diagnostic peut etre egarè ,au debut, lorsque le clinicien ne sait pas que la MP peut prendre l’aspect d’une depression . En effet, il faut savoir que dans la MP ,en plus de la baisse de la Dopamine, il existe une baisse de la serotonine qui est une hormone essentielle pour la bonne humeur et la joie de vivre!Selon chaque cas , cette baisse du taux de serotonine peut etre plus ou moins importante et donc engendrer ou pas une depression; Il faut ajouter à cela que l’annonce du diagnostic crèe lui meme une tres grosse anxietè et beaucoup d’inquietude quand à notre devenir.En conclusion je dirais que la MP est une maladie à expression clinique varièe et polymorphe et c’est là ou reside le probleme de son suivi, je le pense
    Bon courage à nos chercheurs!!!! Nous comptons sur vous!!!!!!!!
    Mes sinceres amitiès a tous les PARKI

  2. Le 19 février 2010 à 23 h 57 min Hélène a répondu avec... #

    Je n’ai pas eu accès au dossier, Corinne…
    Cela dit, cette dépression est bien réelle, mais fluctuente, aussi…
    Mais j’en ai un peu assez qu’on nous la rabâche toute la journée, ainsi que cette prétendue « indifférence », impression peut-être liée à notre difficulté à bouger les muscles de notre visage en période « off »…
    Ah, lala, ce n’est pas gagné!
    Bravo pour ton blog, qui demande un courage et un investissement extraordinaires. J’y apprends ce que je n’ai pas toujours le temps, ou la patience, d’aller chercher moi-même…
    Bisous.

Ajouter votre réponse

Slice of Life |
Mutuelle - Assurance - Comp... |
Détente du corps et de l'es... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | remg276
| Lithothérapie - Les Bienfai...
| fibromyalgie - la minorite ...